Qualité de l’eau

Webinaire CoExpert : l’adoucissement de l’eau en logement collectif

adoucisseur d'eau sur un réseau collectif

Pour garantir la durabilité des équipements de chauffage et d’eau chaude sanitaire, de nombreux logements collectifs sont dotés d’un adoucisseur sur leur réseau d’eau. Quels sont les avantages d’un tel dispositif ? Comment installer un adoucisseur d’eau sur un réseau collectif pour répondre aux besoins des habitants ? Focus sur les bonnes pratiques.

Pourquoi installer un adoucisseur d’eau sur un réseau collectif ?

La fonction principale d’un adoucisseur d’eau est de supprimer le risque d’entartrage. Ainsi, en réduisant la dureté de l’eau (c’est-à-dire sa teneur en calcium et en magnésium), les installations de chauffage et d’eau chaude sanitaire auront une durée de fonctionnement plus longue. Sont concernés : chaudières, ballons d’eau chaude sanitaire (ECS), échangeurs à plaques, tuyauterie et les émulseurs de robinets, etc.

En plus de cet atout technique, l’adoucisseur va améliorer le confort des utilisateurs de l’eau. En la matière, les gains sont nombreux : facilité de nettoyage de la paroi de douche et des robinets, diminution des tiraillements de la peau après la douche, linge moins rêche…

Où placer l’adoucisseur dans une chaufferie ?

L’adoucisseur peut fonctionner conjointement sur l’eau destinée à la chaudière et au ballon d’ECS, ou uniquement sur l’eau de la chaudière. Dans le premier cas, il faut prévoir un piquage pour l’eau froide sanitaire en amont de l’adoucisseur. En effet, la loi impose aux immeubles de logements collectifs, hôtels et campings l’accès, dans chaque logement, à un point d’eau froide sans traitement complémentaire, directement sortie du réseau public. Dans les logements collectifs, il est cependant possible de proposer une eau froide adoucie si l’ensemble des copropriétaires votent en sa faveur.

Si seule l’eau de chauffage doit être adoucie, l’ECS est alors produite de manière individuelle dans chaque logement. Ici, on va chercher à avoir de l’eau de chauffage avec une dureté – ou Th – de 0 °f. Cependant, comme l’eau est corrosive, il faudra l’adoucir uniquement au moment du remplissage du réseau puis au moment de l’ajout d’eau d’appoint. Il faudra aussi conditionner l’eau en chaufferie pour éviter qu’elle ne corrode le réseau.

Quelques bonnes pratiques :

  • Placer un filtre à sédiments avant l’adoucisseur pour retenir les particules supérieures à 20 microns. Objectif : préserver l’adoucisseur pour assurer sa durabilité.
  • Prévoir des analyses de l’eau en amont et en aval de l’adoucisseur pour sa mise en service et son exploitation.
  • Disposer l’adoucisseur en bypass avec un clapet anti-retour en amont pour ne pas polluer le réseau d’eau froide.

À garder en tête

Les critères à fixer pour bien dimensionner un adoucisseur sont :

  • le volume d’eau consommée ;
  • la dureté de l’eau du réseau ;
  • l’autonomie souhaitée entre chaque régénération ;
  • le débit de pointe dans l’adoucisseur.

Vous voilà paré : vous disposez désormais des principales caractéristiques à prendre en compte pour installer un adoucisseur d’eau sur un réseau collectif. Vous souhaitez installer, mettre en service ou assurer l’entretien d’un adoucisseur COMAP ? CoExpert vous partage les checklists dédiés à ces produits !

 

Pour compléter vos connaissances, visionnez également le replay complet du webinaire CoExpert sur l’adoucissement dans le collectif !

Newsletter

FORMATION

  • bloc-webinaire-CSH.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png