Efficacité énergétique

Logements collectifs : interpréter les signes d’inconfort

signe-inconfort-thermique

Des résidents se plaignent et des bailleurs vous contactent pour intervenir dans la chaufferie de leurs bâtiments ? Variation de température, nuisance sonore, consommation énergétique… Aidez-les à interpréter les signes d’inconfort et accompagnez-les grâce à la checklist COMAP. À vous de jouer !

Les variations de température

Les résidents se plaignent de la température dans leurs logements ? Il y fait trop ou pas assez chaud ? N’attendez plus pour agir ! Les variations thermiques sont source d’inconfort. À vous de trouver d’où peut venir ce problème.

Un problème de chauffage n’est pas toujours lié à une mauvaise isolation thermique. Une multitude de variables sont à prendre en compte en plus de la qualité de la toiture et des murs. Il faut penser à étudier l’installation présente au sein du bâtiment. Pourquoi ? Parce que le réseau de chauffage peut être mal dimensionné, mal réglé, encombré de boue ou contenir de l’air.

Le réseau est peut-être mal équilibré : les organes d’équilibrage et les pompes ne sont peut-être pas réglées correctement, c’est-à-dire selon les besoins des logements. Cela peut, de fil en aiguille, conduire à des variations importantes de température : aux logements supérieurs, il fait trop froid ; aux appartements inférieurs, il fait trop chaud.

La solution ? Il faut procéder à l’équilibrage de l’installation et du réseau. Le but ? Éviter les problèmes de mauvaise diffusion de la chaleur dans le bâtiment. Un réseau emboué doit être nettoyé, une pompe mal dimensionnée doit être changée…

Les nuisances sonores

Les résidents se plaignent de nuisances sonores lorsque le chauffage se met en marche ? Ils entendent des sifflements ou des tintements lorsqu’il fonctionne ? L’ancienneté des canalisations n’est pas forcément la source du problème.

Les nuisances sonores peuvent être causées par un trop grand débit, et donc d’une vitesse de circulation élevée dans certains points du réseau. Le sifflement peut donc provenir des robinets des radiateurs qui reçoivent trop de débit.

La solution ? Il est possible d’ajuster les débits via des organes d’équilibrage adaptés au réseau. L’installation et le réglage de robinets thermostatiques sur les émetteurs est un exemple d’équilibrage – il peut empêcher le surplus du débit et l’augmentation de la pression d’eau.

La mise en place de robinets thermostatiques auto-équilibrant empêche le débit réglé d’être dépassé.

L’augmentation des factures énergétiques

Les résidents se plaignent du surcoût des factures énergétiques ? L’augmentation de ces factures est la cause principale du non-paiement des dettes chez les locataires. Ils sont aussi susceptibles de sous-chauffer leur logement, et ce, en dépit de leurs besoins.

Mais attention, même si les bâtiments ne sont pas toujours des passoires thermiques, les coûts de chauffage peuvent être très élevés. La surconsommation d’énergie peut être causée par une mauvaise distribution de la chaleur. Pour éviter le gaspillage énergétique, il y a donc d’autres solutions que la rénovation complète du bâtiment et du réseau. Le petit plus ? Ces solutions sont moins coûteuses.

La solution ? Faire une étude approfondie de l’installation, évaluer la solution d’équilibrage la plus adaptée, ajuster les débits et ainsi diminuer le coût énergétique d’un bâtiment.

Les résidents se plaignent et les bailleurs vous contactent ? Il est temps d’agir ! Télécharger notre checklist pour les aider à interpréter les signes d’inconfort de leur bâtiment.