Actus

Secteur du bâtiment : un bilan positif en 2018… qui pourrait ne pas durer

secteur du batiment coexpert - 1

Avec une hausse globale de l’activité de 4,9 % et la création de 20 000 emplois, 2017 a été une belle année pour le secteur du bâtiment. Comment cette dynamique s’est-elle poursuivie au cours de l’année 2018 ? Que pouvons-nous d’ores et déjà envisager pour l’année 2019 ? On fait le bilan.

Le secteur du bâtiment continue sur sa bonne lancée en 2018

Un marché en croissance depuis 3 ans

Les chiffres de la Fédération française du bâtiment (FFB) montrent que le secteur du bâtiment a continué de croître en 2018, mais plus timidement qu’en 2017. En effet, en 2018, une hausse de 2,3 % en volume a été relevée contre 4,9 % l’année précédente.

Dans la construction neuve, qui a augmenté de 4,3 %, c’est le non-résidentiel qui tire le secteur vers le haut avec une croissance de 7,4 %, puis le logement avec une hausse de 2,8%. Enfin, du côté des carnets de commandes, les taux de remplissage sont rassurants. Ils s’étalent, en moyenne, sur un semestre et impliquent tous les types de structures et corps de métiers.

Une bonne année côté emploi

En 2018, 30 000 postes ont été créés, dont 80 % de CDI et 20 % de missions intérimaires – intérim qui enregistre d’ailleurs une hausse de 4,1 %. L’année 2018 a donc été positive pour l’emploi, avec une hausse globale de 2,6 %.

La construction de logements neufs ralentit

Quelques indicateurs viennent toutefois assombrir le tableau. Les mises en chantier de logements neufs ont reculé d’environ 6 %, pour passer de 428 000 à 404 000 unités.

🔎 Bilan 2017 : un bon cru pour le secteur du BTP 🔍

Vers la fin d’un cycle de croissance ?

Après une année 2017 et une majorité de l’année 2018 portées par le logement neuf, plusieurs indicateurs socio-économiques poussent les experts du secteur du bâtiment à pressentir un ralentissement.

Des mesures gouvernementales qui déstabilisent le secteur

  • La réduction des aides personnalisées au logement (APL) et la mise en place de la RLS (réduction du loyer de solidarité) ;
  • La hausse de la TVA dans le locatif social à 10 % ;
  • La fin de l’APL-accession ;
  • La suppression de l’éligibilité au dispositif Pinel en zones B2 et C ;
  • La mise en place de l’IFI (impôt sur la fortune immobilière),
  • La sortie progressive des fenêtres et des chaudières au fioul du CITE (crédit d’impôt pour la transition énergétique).

💰 Aides aux travaux de rénovation : ce qui a changé en 2018 💰

L’instabilité des finances locales face aux évolutions du Gouvernement

D’après la FFB, les collectivités territoriales, qui sont des clients importants, vont subir des restrictions budgétaires. En parallèle, de nouvelles dispositions fiscales vont impacter leurs dépenses d’investissements, et donc leurs projets dans le bâtiment. Des évènements qui vont se greffer sur « une activité déjà tendue en raison de difficultés de trésorerie et de dégradation des marges persistantes » .

Des prévisions à la baisse pour 2019

L’activité globale devrait se rétracter de 0,5 % sur l’année, tout en assurant néanmoins la création de 5 000 postes. Dans le détail, et toujours selon la FFB, le neuf va reculer de 2 %, avec -4,5 % pour le logement. En contrepartie, le non-résidentiel neuf pourra compter sur une hausse de 3 % avec plus de 25 000 mises en chantier, et des activités d’entretien et de rénovation.

Même si 2018 s’est inscrite dans la lignée de 2017, un bon nombre d’indicateurs laissent présager que le secteur du bâtiment va connaître un ralentissement en 2019. La FFB s’implique donc dans le grand débat national pour souligner ses craintes quant à l’impact des décisions gouvernementales sur la construction. Où mèneront ces discussions ? La barre pourra-t-elle être redressée ? Affaire à suivre…

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

INSCRIPTION WEBINAIRE

  • bloc-webinaire-multicouche.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png