Raccordement

Robinetterie sanitaire : quels points de vigilance pour les installateurs ?

robinetterie sanitaire

Malgré les récentes réglementations thermiques et les exigences croissantes sur la performance énergétique des bâtiments, les besoins en équipements sanitaires demeurent constants. Au sein de ce poste de dépenses, on retrouve la robinetterie : l’objet de notre étude aujourd’hui. Zoom sur les fondamentaux de la robinetterie sanitaire et les points auxquels prêter une attention toute particulière.

Robinetterie sanitaire : les fondamentaux

Un robinet est l’assemblage de 4 parties :

  • le corps de la robinetterie, c’est-à-dire la base du robinet, qui constitue son enveloppe extérieure ;
  • dans son prolongement, le bec, le point de sortie de l’eau ;
  • la ou les manette(s) permettant de déclencher la sortie d’eau froide et d’eau chaude et de choisir le débit et la température de l’eau ;
  • à l’intérieur du robinet, la cartouche qui permet de mitiger l’eau chaude et l’eau froide.

À savoir : pour répondre aux enjeux d’économie d’énergie,
la cartouche est l’élément le plus stratégique.

On distingue différent types de robinetterie sanitaire :

  • Les robinets simples (eau froide uniquement).
  • Les mélangeurs : deux molettes gérant chacun l’eau froide ou l’eau chaude (modèle qui tend à disparaître en France mais qui est encore très populaire sur le marché anglo-saxon).
  • Les mitigeurs : une manette avec une cartouche qui permet à la fois de égler la température et le débit d’eau (le plus installé).
  • Les robinets thermostatiques : réservés à la douche et au bain/douche, ils sont constitués de deux manettes – une pour régler le débit et la température, l’autre pour régler la sortie d’eau (pommeau ou robinet).
  • Les robinets temporisés : consistent à appuyer sur un bouton pour déclencher une quantité d’eau prédéfinie (installés essentiellement dans les bâtiments non-résidentiels comme les piscines ou les salles de sport).
  • Les robinets encastrés : conçus pour réaliser une douche haut de gamme, popularisés par certaines marques allemandes. On retrouve également ce système dans les bâtiments où l’on ne veut pas donner accès au système de robinetterie, comme les hôtels.

Cas particulier : on distingue également la robinetterie électronique permettant l’écoulement de l’eau lorsqu’une main passe devant un capteur. Elle est typiquement employée dans les lieux publics et aéroports.

Quels points de vigilance ?

Tous ces types de robinetterie n’ont pas les mêmes spécificités en termes de montage. Pour assurer leur bonne pose et leur maintenance, voici quelques conseils.

Robinet encastré

Il s’agit du système le plus difficile à installer : il faut poser le bloc à l’intérieur d’un mur et prévoir donc un certain temps de pose – à moins d’avoir recours à une plaque de sortie de cloison. En cas de fuite derrière le mur, il faudra nécessairement casser la paroi pour accéder à l’installation. Ce type d’installation difficile à poser soi-même est chronophage et technique mais peut être l’occasion pour l’installateur de valoriser son savoir-faire auprès du particulier.

Mitigeur

Des flexibles sont prévus pour le raccorder aux arrivées d’eau, mais ceux-ci ne sont pas nécessairement pré-montés. Dans ce cas, l’installateur devra faire le raccordement lui-même : une opération simple mais qui nécessitera de passer un peu plus de temps.

De plus, pour monter un robinet, on dit qu’un installateur a besoin de 3 mains : deux qui raccordent, et une qui tient le robinet en place. Certains systèmes de fixation rapide maintiennent l’étrier à la tige filetée qui reste accrochée sans avoir besoin de tenir le mitigeur. Ce système peut réduire d’environ 30 % le temps d’installation.

Découvrez toutes nos solutions gain de temps !

Cartouche

Sur un mitigeur, la cartouche peut être classique (eau chaude et eau froide séparée). Mais d’autres cartouches sont plus spécifiques et demandent une vigilance particulière :

  • Du fait de la norme NF ECAU (Ecoulement, Confort, Acoustique, Usure) visant à réaliser des économies d’eau et d’énergie, certaines cartouches classées C3 sont bridées. Avec la manette du mitigeur en position centrale, on aura ainsi seulement de l’eau froide, plutôt que de l’eau mitigée. Pour obtenir de l’eau chaude ou mitigée, il faudra déplacer la manette vers la gauche. Grâce à ce dispositif, la production d’eau chaude sanitaire est réduite. Ce système nécessite donc des explications à l’égard du client, afin de valoriser un comportement vertueux en faveur de l’environnement.

cartouche c3 coexpert

  • Sur les mitigeurs, les cartouches C3 présentent également une butée à 50 % du débit. Un mitigeur C3 connaîtra un débit limité à 6 L/min au niveau du point dur du levier et un débit maximal de 9L/min contrairement au 12L/min sur un mitigeur classique. Votre rôle est alors de sensibiliser vos clients aux bonnes pratiques à adopter ainsi qu’aux avantages de cette solution.

La salle de bains est désormais une pièce clé de l’habitation. Le style de la robinetterie sanitaire participe à l’atmosphère donnée à la pièce : en fonction de leurs envies, les clients opteront donc pour des couleurs et matériaux multiples. Mais hormis le design, la robinetterie sanitaire se décline avec tout un choix de fonctions qui vont venir répondre aux besoins et exigences du foyer. C’est donc à vous de proposer la solution la plus adaptée, tout en expliquant aux clients ce qu’elle implique en termes d’installation et d’utilisation.

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

FORMATION

  • bloc-webinaire-CSH.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png