Efficacité énergétique

Pourquoi repenser l’efficacité énergétique des bureaux ?

Pourquoi repenser l'efficacité énergétique des bureaux ?

Chauffage, climatisation, ventilation… Les immeubles de bureaux sont les plus importants consommateurs d’énergie en Europe. Le but : maintenir une température agréable et une bonne qualité de l’air. Quand les systèmes techniques des bâtiments (qu’ils soient privés, publics ou résidentiels), sont incorrectement installés, programmés ou exploités, les factures d’énergie et les émissions de CO2 augmentent considérablement. De simples optimisations des systèmes suffisent pourtant à réduire le gaspillage énergétique, diminuer les coûts et rendre les bâtiments plus sains et plus confortables.


De nouvelles technologies pour de nouveaux besoins

Les chiffres de la consommation énergétique des bâtiments : un défi européen

Il existe un nombre important de nouvelles technologies conçues pour améliorer les systèmes de chauffage et de refroidissement des bâtiments. Celles-ci, interconnectées entre elles, fonctionnent à la manière d’un système nerveux. Problème : peu de structures sont équipées de ce type de technologies.

  • 30 % : c’est l’économie moyenne d’énergie réalisable grâce à l’optimisation des systèmes techniques des immeubles
  • 36 % des émissions de carbone dans l’Union européenne proviennent des immeubles (en grande partie à cause du chauffage)
  • 30 % de la consommation énergétique totale européenne est imputable à la régulation de la température (chauffage et climatisation) des immeubles
  • 70 % de la facture énergétique des ménages sert à payer le chauffage et le refroidissement de leur logement

GTC ou GTB ?

La Gestion Technique Centralisée (GTC) permet aux responsables ou techniciens de la maintenance d’avoir une vue d’ensemble des paramètres d’un seul lot (électricité, chauffage, climatisation et ventilation). Cette GTC, ou domotique, permet de gérer et de contrôler la globalité des paramètres d’un lot et de l’environnement grâce à un système d’automate centralisé.

La Gestion Technique du Bâtiment (GTB), permet quant à elle d’avoir un contrôle sur l’ensemble des lots d’un même bâtiment. Ces deux systèmes de gestion se distinguent surtout par leur différence d’échelle.

Que l’on souhaite mettre en place une GTB ou une GTC, il faudra dans tous les cas se munir de capteurs et d’actionneurs, programmer des scénarios (réduire le chauffage ou la climatisation la nuit, par exemple) et prévoir une interface de gestion.

Quelles solutions pour les résidences, magasins et lieux publics ?

Optimiser la gestion technique du bâtiment, qu’il soit résidentiel, commercial ou public, ne permet pas seulement de rendre l’environnement du bâtiment plus efficace. C’est aussi une opportunité, pour les utilisateurs, de mieux appréhender leur environnement.

Ils peuvent ainsi gérer leurs usages de manière proactive et maintenir un environnement de travail aussi confortable qu’économique. Le coût de ces mesures est faible et il peut même facilement être amorti. Et c’est sans compter les économies d’énergie réalisées et l’impact positif sur les factures !
Quelques exemples européens :

  • Danemark : 38 % d’économies d’énergie avec la régulation pièce par pièce
  • Italie : 12 % d’économies d’énergie avec l’équilibrage hydraulique automatique
  • Roumanie : 40 % d’économies sur la facture énergétique grâce à l’équilibrage et au contrôle indépendant de la pression

Amélioration de l’efficacité énergétique des bureaux : quels bénéfices ?

L’efficacité énergétique présente des avantages à différentes échelles pour des publics divers.

Pour les consommateurs finaux :

  • réduction du montant des factures
  • amélioration du confort, de la santé et de la productivité
  • retour sur investissement rapide

Pour les villes et les municipalités :

  • baisse significative des émissions de CO2
  • lutte contre la précarité énergétique
  • déploiement de systèmes énergétiques intelligents

Pour les propriétaires, ingénieurs et consultants :

  • facilité de mise en œuvre d’une technologie éprouvée
  • établissement d’une analyse de rentabilité pour l’efficacité énergétique
  • augmentation de la valeur des biens immobiliers et réduction des plaintes

Pour l’UE et ses membres :

  • réduction des émissions de CO2 à l’échelle nationale et européenne
  • atteinte d’objectifs climatiques
  • diminution des importations d’énergie et renforcement de la sécurité d’approvisionnement

📕 [Mini-guide] Les aides à la rénovation énergétique 2020📕

Repenser l’efficacité énergétique des bâtiments : quelles opportunités ?

Créer des emplois et réduire la consommation d’énergie

Pour répondre aux défis environnementaux et énergétiques (gaspillage, approvisionnement), il est nécessaire d’accélérer la modernisation des bâtiments existants.

En 2018, dans le projet « Une énergie propre pour tous les européens », la Commission européenne évoquait son ambition de réduire sa consommation d’énergie d’au moins 32,5 % à l’horizon 2030. Les objectifs sont multiples : approvisionnement durable en énergie, réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES), amélioration de la sécurité d’approvisionnement et réduction des coûts d’importation.

Au niveau de l’emploi, la fabrication et l’installation de produits et de services éco-énergétiques dans les bâtiments permettrait de créer 300 000 postes rien qu’en Europe. Sur le continent, l’optimisation des systèmes techniques des bâtiments participerait à hauteur de 14 % aux objectifs définis pour 2030.

Penser à l’avenir : bâtiments connectés et systèmes énergétiques intelligents

D’ici 2030, les énergies renouvelables devraient fournir 27 % de notre énergie. Le passage à une énergie intelligente et flexible des systèmes est donc une nécessité.
En transformant les bâtiments commerciaux en fournisseurs d’énergie flexibles, il est possible de combler le fossé entre l’approvisionnement et la demande, réduire les coûts pour les consommateurs et aider les gestionnaires de réseau à intégrer davantage d’énergies renouvelables. Les bâtiments connectés et les systèmes énergétiques intelligents existent donc déjà – reste aux décideurs à anticiper davantage.


 

À l’échelle de l’Union européenne, 75 % des immeubles de bureaux présentent un faible niveau d’efficacité énergétique. Plus qu’une opportunité, la gestion intelligente des bâtiments s’impose comme une nécessité pour gagner en performance, générer des économies et répondre aux défis de la transition énergétique.