Régulation

Réglage du chauffage central : régler les débits pour une installation efficace

Réglage du chauffage central equilibrage debits hydraulique

Les débits hydrauliques fixent le volume d’eau par unité de temps qui va circuler dans un réseau de chauffage. Leur détermination est indispensable au bon dimensionnement d’une installation et permet à l’utilisateur de bénéficier d’un dispositif de chauffage optimisé énergétiquement. Voici tout ce qu’il faut savoir pour déterminer les débits pour le réglage du chauffage central.

Comment déterminer les débits hydrauliques ?

L’exploitation des données hydrauliques d’une installation de chauffage permet à l’installateur de conseiller son client sur le choix d’un dispositif de chauffe adapté et viable sur le long terme. La mesure des débits hydrauliques prévient le risque de sur- ou sous-dimensionnement d’une installation.

Pour définir les débits hydrauliques, 3 opérations préalables sont nécessaires :

  1. Calcul de la valeur des déperditions de chaleur de chaque local à chauffer. Cette phase est primordiale, car elle permet d’établir la puissance thermique à installer.
  2. Définition du débit nécessaire dans chaque émetteur. Cela permet de déterminer le diamètre des tubes à utiliser ainsi que les pertes de charges. Un mauvais choix pouvant entraîner des conséquences allant d’une surconsommation certaine à une impossibilité d’assurer le confort souhaité.
  3. Équilibrage de l’installation qui viendra corriger les disparités inévitables du réseau.

Seul ce mode opératoire permet de déterminer et de régler les débits utiles. Une collaboration est nécessaire entre le bureau d’études techniques et l’installateur afin que ce dernier dispose de tous les éléments nécessaires à la bonne mise en condition de l’installation.

Comment contrôler les débits hydrauliques ?

Les vannes d’équilibrage sont équipées de prises de pression qui servent à connecter des appareils (appelés mesureurs) afin de mesurer les débits dans les branches du réseau. La mesure de ces débits permet de vérifier que les réglages calculés donnent le résultat attendu.

Réglage chauffage central : zoom sur l’équilibrage

Bien que d’apparence ou de réputation complexe, l’équilibrage d’un réseau constitue une des fonctions essentielles des installations de chauffage. Il doit s’effectuer sur un réseau bien réalisé et calculé pour être efficace. Il ne sert pas à compenser des lacunes de conception.

Équilibrage automatique et équilibrage manuel

#1 Équilibrage manuel

Il fonctionne grâce à l’établissement d’un débit maximum dans le circuit, fixé sur la base d’une utilisation à pleine charge. Dans ce système, il est nécessaire de régler certains composants comme les robinets manuels double réglage, les robinets thermostatiques à Kv réglable, les raccords de réglage ou les vannes d’équilibrage.

#2 Équilibrage automatique

Suivant le type d’installation, il peut être nécessaire de piloter le débit en le maintenant à un niveau le plus constant possible (pour les ventilo convecteurs par exemple) ou bien de s’assurer que la pression différentielle entre l’aller et le retour est la plus constante possible (pour les robinets thermostatiques par exemple). Cela doit se faire de façon automatique pour que l’efficacité générale du réseau soit maximale, quel que soit le degré d’ouverture ou de fermeture des robinets sur l’installation.

Ces ouvertures ou fermetures engendrent des interactions sur les débits et les pressions et peuvent perturber le bon fonctionnement des systèmes de chauffage installés.

Il existe deux familles de produits pouvant assurer ces fonctions :

  • les vannes « à débit constant », souvent appelées PICV (Pressure Independant Control Valve) ;
  • les vannes à delta P constant, également appelées DPCV (Differential Pressure Control Valve).

Ces vannes automatiques doivent être réglées en conditions initiales. Cette forme d’équilibrage concerne principalement les installations neuves. Pour des installations plus anciennes, de grosses opérations de maintenance – changement de pompe, de chaudière ou un remplacement de robinets thermostatiques – peuvent affecter la conception de l’installation et donc son équilibrage.

De même, une intervention sur l’isolation du bâtiment fait diminuer les déperditions de chaleur. Cela aura une conséquence sur les débits nécessaires, entraînant ainsi un rééquilibrage de l’installation. Les travaux d’isolation doivent systématiquement donner lieu à un rééquilibrage, voire à un changement de vannes d’équilibrage, souvent grippées, pour les rendre plus opérationnelles.

Le rééquilibrage en pratique

L’équilibrage ou le rééquilibrage doit être associé à la remise par l’installateur d’un PV d’équilibrage. Ce document récapitule l’ensemble des données hydrauliques de l’installation, ainsi que les réglages nécessaires vanne par vanne. Il sert de mémoire pour l’installation lors d’opérations futures de maintenance ou de grosse modification. Il évite de perdre du temps à chercher les vannes de l’installation.

Le rééquilibrage est effectué par un installateur ou par une société spécialisée dans le rééquilibrage. Plusieurs méthodes peuvent être utilisées : point fixe, proportionnel…

Le réglage des débits hydrauliques se déroule à divers moments du cycle de vie d’une installation de chauffage. Il est affecté par les rénovations qui peuvent avoir lieu dans les bâtiments et demande l’intervention d’un installateur pour être maintenu à un niveau optimal sur le long terme. De ces maintenances régulières dépendent le confort de l’utilisateur ainsi que la durabilité de l’installation.

Pour un réglage fin de l’installation et un confort accru de l’usager, il est également possible d’installer des thermostats programmables pour régler la température, voire des thermostats autonomes! Vous voulez en savoir plus sur ces thermostats intelligents ? Lisez le témoignage d’un installateur convaincu… et convaincant.

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *