Guide pratique Traitement de l’eau

Qualité de l’eau en France : l’UFC-Que Choisir fait le bilan

qualité de l'eau en france

La qualité de l’eau du robinet est une préoccupation pour beaucoup de Français, si bien qu’un sur deux achète de l’eau en bouteille. C’est un sujet que vos clients abordent régulièrement avec vous ? Pour pallier ce désamour de certains Français pour l’eau du robinet, l’UFC-Que Choisir a réalisé une enquête et mis à disposition une carte interactive sur la qualité de l’eau, commune par commune. Autant d’éléments qui devraient vous permettre de mieux conseiller vos clients.

Une enquête d’envergure sur la qualité de l’eau en France

En 2017, l’UFC-Que Choisir a publié une nouvelle étude complète sur la qualité de l’eau en France. L’un des objectifs est d’informer les consommateurs, en leur fournissant des éléments généraux mais également propres à chaque région, voire chaque commune. Pour ce faire, deux années durant, 46 300 réseaux de distribution, soit 36 568 villes de l’Hexagone, ont été analysés selon les 50 critères réglementaires en vigueur, donnant lieu à plus de 137 millions de résultats d’analyses.

L’enquête de l’UFC-Que Choisir sur la qualité de l’eau en France s’articule autour de 4 grands critères :

  • les pollutions liées aux activités humaines ;
  • les composants des canalisations ;
  • les défauts de traitement de l’eau ;
  • des caractéristiques d’origine naturelle.

Que doit-on en retenir ?

Si l’eau du robinet est parfois mal considérée par les Français, la réalité pourrait bien les surprendre. Selon l’étude UFC-Que Choisir :

  • En France, 95,6 % des consommateurs ont accès à une eau du robinet de très bonne qualité, tout au long de l’année. Ce sont tout de même 2,8 millions de consommateurs qui reçoivent une eau de moindre qualité.
  • La première cause de non-conformité de l’eau du robinet est la présence de pesticides, relevée dans 5 % des réseaux de distribution d’eau. L’agriculture entraîne la présence de nitrates dans 0,8 % des réseaux. La 3e place revient aux contaminations bactériennes provoquées par des défauts de traitement ou le vieillissement des installations de potabilisation – surtout à la montagne.
  • On peut également retrouver certains composants toxiques des canalisations comme le plomb, le cuivre, le nickel ou encore le chlorure de vinyle. Mais leur présence est peu recherchée et, si elle est décelée au robinet d’un consommateur, elle n’est pas considérée comme représentative de l’ensemble du réseau.

⇣ Télécharger l'enquête complète⇣

Réconcilier vos clients avec l’eau du robinet

Malgré les conclusions plutôt rassurantes de l’UFC-Que Choisir, un Français sur deux préfère consommer de l’eau en bouteille au quotidien et un Français sur cinq n’a pas confiance en l’eau du robinet, du fait d’un manque d’information.

L’eau du robinet présente pourtant de nombreux avantages par rapport à l’eau en bouteille :

  • Elle est moins chère que l’eau minérale. Elle coûte en moyenne 0,4 centimes d’euros, soit 65 fois moins que l’eau en bouteille.
  • La consommation quotidienne de certaines eaux en bouteille est déconseillée du fait d’une trop forte minéralisation.
  • La fabrication des bouteilles d’eau en plastique entraîne une production de gaz à effet de serre 360 fois plus importante que l’eau du robinet.

L’important pour vos clients est qu’ils connaissent la qualité de l’eau potable dans leur commune, grâce à des outils comme la carte interactive mise à disposition par l’UFC-Que Choisir. Le cas échéant, ils peuvent ensuite envisager la mise en place de systèmes de traitement adaptés dans leur logement : solution de filtration, anti-tartre ou adoucisseur, ou encore centrale multifonctions. Ce sont autant de solutions que vous pourrez proposer à vos clients, en fonction de leur problématique.

Zoom : Tous nos articles sur le traitement de l’eau

Dans le cadre de son enquête sur la qualité de l’eau en France, l’UFC-Que met à la disposition des consommateurs une carte interactive. Un bon moyen pour les installateurs d’adapter leurs conseils à la qualité de l’eau dans leur zone(s) d’intervention.

Source image à la Une : Pixabay – Skitterphoto

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *