Raccordement

Multicouche : nos conseils pour choisir le bon profil de sertissage

Construction_Site_Charleroi_BE_MultiSkin

Le sujet du raccordement divise : certains préfèrent la brasure quand d’autres ont déjà adopté le sertissage. Aujourd’hui, moins de 60 % des installations utilisent le sertissage, mais cette technique connaît une forte croissance. En cause : l’expansion du marché du multicouche sur le marché français. Quelles sont les caractéristiques du multicouche ? Quelles sont les spécificités vis-à-vis des profils de sertissage ? CoExpert vous explique tout !

Quels liens entre fournisseurs et profils de sertissage ?

Il existe presque autant de profils de sertissage que de fabricants. Les plus communément utilisés par les installateurs sont les profils TH, U, H, B, F, C, G… Leur choix ne doit rien au hasard : à chaque profil sa spécificité technique. Ainsi, en fonction du design du raccord, les profils peuvent être plus ou moins larges, les empreintes plus ou moins profondes, etc.

Malgré cette diversité, certains profils s’attirent les faveurs des installateurs. C’est le cas du profil TH, le plus répandu sur le marché. Opter pour ce profil, c’est s’ouvrir à un plus grand nombre de fabricants de raccords.

Mais pourquoi ce succès ? Avec le profil TH, le raccord est systématiquement mieux positionné : la bague ou la gorge du raccord se positionne à même la mâchoire, dans la profondeur de l’empreinte du profil. Ce qui lui évite de bouger lors du sertissage.

Les autres profils n’ont pas forcément cet avantage. La mâchoire doit parfois être positionnée contre le raccord. La gorge du raccord est alors à l’extérieur de la mâchoire, ce qui peut compliquer le travail avec une pince à sertir et entraîner un risque de décalage.

À chaque raccord son profil

Pour bien choisir son profil de sertissage, il faut prendre en compte les raccords utilisés. Lorsqu’un raccord est serti avec le mauvais profil, l’installation n’est plus garantie par le fabricant et l’on s’expose à d’importants risques de sinistre (fuite d’eau, problème d’étanchéité et de tenue mécanique sur le tube, vieillissement précoce du raccord et donc corrosion…).

Pour le choix du profil, il est donc important de se référer aux brochures du fabricant ou aux avis techniques consultables sur le site du Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB). Pour un fabricant, être sous avis technique signifie que le produit a été testé et certifié par un organisme extérieur : c’est un gage de qualité.

Afin de limiter le risque de sertir un raccord avec un mauvais profil, et pour faciliter les étapes de sertissage, certains fabricants proposent désormais des raccords « multiprofils ». Mais il faut tout de même connaître les profils compatibles avec le type de raccord employé. À ce jour, il n’existe pas sur le marché de raccords universels.

La question des coûts : choisir les bonnes mâchoires

Tous les fabricants d’outillage proposent des mâchoires monoblocs ou des inserts adaptés aux profils disponibles sur le marché. Quand un installateur est équipé d’une machine particulière, il lui est donc possible de changer le type de profil qu’il souhaite utiliser sans avoir à changer l’intégralité de son équipement. Il peut modifier la mâchoire monobloc ou l’insert pour l’adapter au profil de sertissage.

L’investissement pour un jeu de trois mâchoires monoblocs couvrant les diamètres les plus utilisés pour le multicouche (diamètres 16/20/26) représente environ 500 € HT pour l’installateur. En revanche, un jeu de trois inserts coûte en moyenne 200 € HT (hors coût de la mâchoire mère).

Il est conseillé de choisir une solution mâchoire-mère + inserts qui se révélera plus économique en cas de changement de profils de sertissage (par exemple, en cas de changement de marque de raccords multicouches ou pour sertir d’autres matériaux que le multicouche).

Sertissage d’un raccord multicouche : ce qu’il faut savoir !
  • Il faut impérativement respecter trois étapes : la coupe, le calibrage et l’ébavurage du tube.
  • Le calibrage, qui vise à redonner au tube sa forme arrondie, est une étape inexistante lors de la manipulation de tubes métalliques. Mais elle est primordiale dans tous les autres cas.
  • Une fois les trois étapes réalisées, il faut s’assurer que le tube est bien inséré et en butée (en se servant de l’encoche de visualisation) avant de sertir.

◇ Consultez notre tutoriel sur le sertissage des raccords multicouche ◇

Chaque profil de sertissage a ses spécificités – c’est pourquoi le passage d’un fabricant à un autre implique généralement un rachat d’outillage. Heureusement, des solutions existent pour faciliter le travail de l’installateur ! Certains fabricants proposent même des raccords multiprofils, compatibles avec différents profils de sertissage ! Besoin de faire le point sur le sertissage ?

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *