Qualité de l’eau

Qualité de l’eau : quelles problématiques pour les installateurs ?

problématiques de qualité de l'eau

Une bonne qualité de l’eau au sein du logement est essentielle pour des raisons d’hygiène et pour le bon fonctionnement du réseau sanitaire et du réseau de chauffage. Pour qu’une installation fonctionne efficacement et durablement, les caractéristiques physico-chimiques de l’eau qui y transite sont déterminantes. Qu’elle soit utilisée pour la cuisine, la boisson, l’hygiène ou l’entretien, il est parfois nécessaire d’en optimiser la qualité. Quelles sont les problématiques de qualité de l’eau et comment y remédier ?

L’idéal : une eau peu entartrante et agréable à boire

L’eau calcaire : un problème courant

« Mon eau est trop calcaire ! » Quel installateur n’a pas entendu ce motif de mécontentement de la part de ses clients ? Le problème : la dureté de l’eau. Une eau dure contient une quantité importante de calcium et de magnésium sous forme dissoute. Ces minéraux retrouvés dans l’eau proviennent essentiellement du lessivage des sols (roches, terre…) par les eaux de pluie.

La formation du tartre correspond à la précipitation des minéraux calcium et magnésium dans l’eau. Initialement dissous dans l’eau, ils se solidifient sous l’influence de plusieurs paramètres, comme la température supérieure à 60 °C, un dégazage de l’eau ou la nature des matériaux de canalisations.

Comment mesure-t-on la dureté de l’eau ?

L’indicateur de la dureté est le titre hydrométrique (TH), qui mesure la minéralisation de l’eau en degré français (°f).

1 degré français correspond à 10 mg de calcaire (ou carbonate de calcium) par litre. Si l’eau a une dureté supérieure à 30 °f, elle contient une quantité importante de calcaire et est dite « dure ». À partir de 15 °f, elle est déjà considérée comme moyennement dure et peut avoir des conséquences sur le fonctionnement des réseaux et des équipements. En dessous, elle est qualifiée d’eau « douce ».

Même si consommer de l’eau dure n’est pas néfaste pour les personnes en bonne santé (dans une certaine proportion !), l’adoucissement permet de limiter les désagréments qu’elle provoque en se déposant sous forme de tartre.

Une eau de consommation désagréable malgré sa qualité

Outre le tartre, les remarques des clients concernent aussi le mauvais goût ou l’odeur désagréable de l’eau. Et ce, bien qu’elle soit de bonne qualité ! Ces désagréments peuvent être dus à la chloration de l’eau (traitement de désinfection en station), qui lui donne un arrière-goût très typique.

D’autres personnes trouveront que leur eau a un « goût de moisi » ou « de terre ». En cause, une microalgue ou des molécules organiques que la station de traitement d’eau et les canalisations vont transformer en composés odorants.

Aller plus loin dans la lutte contre les pollutions

La qualité de l’eau du robinet est globalement bonne en France, d’après une étude UFC-Que Choisir. Toutefois, 24 % des français ne s’en satisfont pas. Pour leur sécurité, certains s’intéressent à des solutions leur permettant de les protéger contre des expositions ponctuelles à des molécules nocives pour la santé (résidus de pesticides et herbicides, nitrates, métaux lourds, micropolluants).

Quelle composition idéale pour l’eau résidentielle ? ◇

Dureté de l’eau : l’impact du calcaire sur le fonctionnement des réseaux

Le principal ennemi des réseaux est le calcaire. De nombreux désagréments lui sont associés :

  • L’entartrage des canalisations avec une réduction des sections et un ralentissement du débit d’eau. L’installation dans son ensemble perd en efficacité (l’eau chaude arrive plus lentement, les pièces s’usent plus rapidement) et un détartrage devient nécessaire.
  • Le vieillissement prématuré des appareils ménagers (lave-linge, cafetière, lave-vaisselle) et des installations sanitaires (mitigeurs, chaudière, chauffe-eau).
  • L’apparition de dépôts et de traces blanches sur les lavabos et les parois de douche.
  • Un linge qui devient plus rugueux et terne.
  • Un assèchement de la peau et des cheveux.

En plus de l’augmentation de la consommation d’énergie que provoque le calcaire, plus de 150 € par an et par foyer sont dépensés en produits d’entretien (hygiène corporelle, produits pour l’entretien de la maison ou pour les installations) afin de lutter contre cette eau trop chargée en minérauxselon Suez.

De l’importance du traitement de l’eau résidentielle ◇

Parmi les problématiques de qualité de l’eau, le calcaire amène de véritables nuisances pour vos clients. Il a un impact sur leur confort, la performance de leurs installations ou encore le goût et la qualité de l’eau de consommation. Pour y remédier, l’installation d’un adoucisseur est fortement recommandée dans les zones où la dureté de l’eau est importante.


Envie d’aller plus loin ? Téléchargez les checklists essentielles pour tout connaître de l’adoucisseur d’eau :

 

Newsletter

WEBINAIRE

  • bloc-inscription-webinar-5.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png