Régulation

Pertes de charge : et si les tubes n’y étaient pour (presque) rien ?

pertes de charge réseaux eau

Les pertes de charge sont inévitables dans les réseaux de chauffage et d’eau chaude sanitaire des bâtiments. Selon le matériau employé, il est dit qu’elles seront plus ou moins importantes. Alors, côté multicouche, qu’en est-il ? Les équipes CoExpert ont mené l’enquête.

Les pertes de charge, c’est quoi ?

Une perte de charge est une chute de pression dans le réseau provoquée par l’ensemble des éléments que l’eau va traverser : les tubes, les filtres, les coudes, les tés, les éléments de robinetterie… En ce qui concerne les tubes, les pertes de charge sont d’autant plus importantes que le diamètre est petit et que la surface interne est rugueuse. Les pertes de charge sont inhérentes au réseau, donc inévitables.

Pertes de charge : des idées reçues qui ont la dent dure

Souvent considérées gênantes, les pertes de charge sont incontournables. Pour maîtriser leur impact sur le réseau de chauffage ou d’eau chaude sanitaire, il faut les prendre en compte lors du dimensionnement. La pompe doit également être adaptée à la perte de charge du réseau : plus la perte de charge est élevée, plus la pompe devra être puissante. D’où l’importance d’estimer au plus juste les pertes de charge pour choisir la bonne pompe.

Nombreux sont les installateurs qui pensent que les tubes et les raccords multicouche vont provoquer plus de pertes de charge. En cause, la réduction du diamètre de passage de l’eau dans la canule du raccord et dans les tubes pour une dimension donnée. Pour cette raison, et par crainte de devoir installer une pompe plus puissante (et donc plus énergivore), la majorité préfèrent opter pour des raccords intégraux en cuivre.

Raccord multicouche : quelle incidence sur la perte de charge ?

Dans les faits, la réduction du diamètre observée dans les tubes multicouche provoque une perte de charge non significative. Elle demeure plus élevée que celle des raccords à passage intégral, mais sur l’ensemble d’un réseau, cette différence n’est pas significative : d’autres composantes ont bien plus d’impact. Par exemple, les pertes de charge induites par la robinetterie de radiateur, réglée par défaut à 0,1 bar, sont bien plus importantes que les pertes de charge liées au réseau multicouche.

Prenons l’exemple d’un réseau bitube dérivé de 5 radiateurs. Pour un réseau cuivre 16 mm, les pertes de charge sont estimées à 200 mbar alors que pour un réseau multicouche, toujours en 16 mm, elles s’élèveront à 280 mbar. Les 80 mbar de différence, provoqués par le diamètre interne de tube plus petit et les canules des raccords, ne seront pas suffisants pour impacter le dimensionnement de la pompe de circulation.

De plus, comme les débits de circulation sont de plus en plus faibles dans les installations, les diminutions de section engendrées par le multicouche offrent la possibilité d’avoir des vitesses d’écoulement mieux adaptées.

Dans les deux cas de figure, 100 mbar de perte de charge sont induits par la robinetterie de radiateur, qui par défaut est le plus souvent réglée sur cette valeur. Le problème, s’il y en a, est donc ailleurs que dans les tubes et raccords ! Pour limiter l’effet des pertes de charge sur l’ensemble du réseau, régler finement la robinetterie de chauffage est la première solution.

🔧 Multicouche : pourquoi et comment l’utiliser ? 🔧

Dans votre activité d’installateur, remettre en cause ses idées reçues est essentiel ! Pour preuve, le recours aux raccords multicouche n’implique pas de pertes de charge significatives sur le réseau. Plutôt qu’éliminer ce matériau de vos interventions, pensez à identifier toutes les sources de pertes de charge du réseau. Vous pourrez ainsi dimensionner le réseau plus finement et choisir la pompe la mieux adaptée. Pour aller plus loin, découvrez tout sur les matériaux de synthèse dans notre minibook !

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

WEBINAIRE

  • bloc-webinaire-multicouche.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png