Efficacité énergétique

Passeport rénovation énergétique : une opportunité business pour les installateurs certifiés RGE

passeport rénovation énergétique

L’efficacité énergétique occupe une bonne place dans les préoccupations du Gouvernement, des ménages et, bien sûr, des installateurs. L’État a ainsi mis en place plusieurs aides et contributions ces dernières années. Elles ont pour but d’encourager les foyers à réaliser des travaux de rénovation énergétique dans leur logement – parmi eux, le passeport rénovation énergétique. De quoi s’agit-il ? Quels avantages pour vos client ? Décryptage.

Pourquoi encourager les travaux de rénovation énergétique

En France, les bâtiments résidentiels consomment 26 % de l’énergie globale du pays. Et au sein d’un foyer, le chauffage représente 67 % des dépenses d’énergie. Pour inverser cette tendance, le Gouvernement a renforcé sa politique en faveur de la rénovation énergétique de l’habitat. De fait, les travaux de rénovation énergétique peuvent être soutenus financièrement par des aides de l’État, comme le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ou encore l’éco-prêt à taux zéro.

Pour les particuliers, les travaux de rénovation énergétique présentent de nombreux avantages :
• améliorer le confort d’un logement ;
• faire des économies sur ses factures d’énergie ;
• adapter un logement aux besoins de ceux qui l’occupent ;
• bénéficier d’une plus-value immobilière.

Zoom : Les habitudes de consommation énergétique des Français ◇

Un parcours de rénovation énergétique en quatre étapes

De plus en plus de ménages envisagent de réaliser des travaux de rénovation dans leur logement pour en améliorer les performances énergétiques. Manquant d’informations ou démunis face aux démarches à suivre, beaucoup d’entre eux ne vont pas plus loin. Un outil simple et efficace pour pallier cela : le passeport de rénovation énergétique, un dispositif mis en place en 2015 et financé par les certificats d’économie d’énergie (CEE), qui oblige les fournisseurs d’énergie à encourager leurs clients à réaliser des travaux d’économies d’énergie. Après une première convention d’expérimentation signée fin 2015 entre le ministère de l’Environnement, de l’énergie et de la mer et Engie, une seconde convention a été signée en 2016, cette fois-ci avec Direct Énergie.

Le passeport de rénovation énergétique, gratuit pour les particuliers, a pour objectif de les encourager et les accompagner dans leurs démarches de rénovation énergétique. Il se décompose en quatre étapes :

  1.  une évaluation thermique approfondie de son logement ;
  2. des préconisations de travaux personnalisées, tenant  compte des habitudes de vie des propriétaires et accompagnées d’une évaluation des coûts et des économies engendrées ;
  3. des informations sur les aides financières disponibles ;
  4. la présentation de trois devis d’artisans certifiés RGE.

Qui peut prétendre au passeport de rénovation énergétique ?

Ce programme est expérimenté depuis janvier 2016 sur 10 territoires à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) :

  • les communautés urbaines d’Arras et de Bordeaux ;
  • la Métropole de Saint-Étienne ;
  • les communautés d’agglomération du Val-de-Bièvre et du Grand Avignon ;
  • les villes de Rouen et Clermont-Ferrand ;
  • le Grand Poitiers ;
  • les agglomérations d’Alès et de Mulhouse Alsace.

L’objectif à terme est d’étendre le dispositif à la France entière.

Un autre critère entre en ligne de compte pour bénéficier du passeport rénovation énergétique : il est nécessaire d’être propriétaire d’un logement individuel construit avant le 1er janvier 2000.

Qui peut réaliser les travaux dans le cadre du passeport ?

Pour tout projet de rénovation réalisé dans le cadre de ce dispositif, les travaux doivent être assurés par un installateur certifié RGE (reconnu garant de l’environnement) « offre globale de rénovation », « éco-artisan » ou « pro de la performance énergétique ».

Comment obtenir la certification RGE ?
« Pour obtenir le signe de qualité RGE, le professionnel doit :
‣ choisir le signe de qualité qu’il souhaite obtenir en fonction de son activité ;
‣ suivre une formation agréée par domaine d’activité (validation des compétences d’au moins un référent technique par établissement) ;
‣ constituer un dossier de candidature auprès de l’organisme délivrant le signe de qualité RGE souhaité.
Le signe de qualité est délivré par l’organisme dès lors que le dossier permet de justifier du respect des différents critères techniques. »

Source : Direction de l’information légale et administrative, 13 février 2017.

Ce dispositif constitue une belle opportunité pour les installateurs certifiés RGE de remplir leurs carnets de commandes. Vous devrez faire preuve de pédagogie et d’écoute pour accompagner vos prospects et clients dans la réalisation de leur passeport de rénovation énergétique. Pour acquérir les réflexes d’un installateur-vendeur, téléchargez le minibook CoExpert.

Source de l’image à la Une : Flickr (Marie In Shaw)