Actus

Label RGE : des contrôles renforcés pour éviter les écarts

controles 2019 label RGE

Depuis sa création en 2011, le label RGE (Reconnu garant de l’environnement) remplit son objectif : être une vraie opportunité de commandes pour les installateurs. C’est d’ailleurs pourquoi 55 694 entreprises sont déjà certifiées RGE. Cependant, ces sociétés respectent-elles toutes les normes imposées ? Alors que les contrôles s’intensifient autour du dispositif, voici un bilan de la certification sur l’année 2018.

Qu’est que le label RGE ?
Créé en 2011 et amendé en 2013, le label RGE est une certification visant à améliorer l’efficacité énergétique. Les artisans qualifiés RGE s’engagent officiellement dans une démarche de réalisation de travaux de rénovation énergétique et/ou de transition vers les énergies renouvelables.
La certification RGE offre la possibilité aux installateurs de mettre en avant leurs compétences en termes de performance énergétique. De plus, elle leur ouvre l’accès à des chantiers nécessitant le label.

🔎 Certification RGE : quels enjeux pour les installateurs ? 🔍

Bilan des contrôles RGE sur 2018

Le 23 janvier 2019 s’est tenue la convention nationale des auditeurs de RGE, à Paris. L’objectif de cet évènement ? Mettre en avant les éléments-clés des contrôles effectués en 2018 par 300 auditeurs sur les entreprises certifiées RGE. Le tout, afin de renforcer le statut du label et sa légitimité pour la profession.

Sur les 25 280 contrôles effectués, un taux de non-conformité de 9 %, tous métiers confondus, a été relevé. Un pourcentage stable par rapport à l’année précédente. Ainsi, en 2018, 7 000 entreprises certifiées Qualibat-RGE ont été radiées pour :

  • arrêt des activités de l’entreprise ;
  • arrêt volontaire du label RGE ;
  • écarts de qualité observés lors de l’audit chantier.

Contre toute attente, c’est dans le volet « conseils et services » que les entreprises RGE ne sont pas suffisamment performantes. 50 % des sociétés certifiées interviennent uniquement pour la réalisation des travaux, sans sensibiliser leur client à un éventuel parcours de rénovation énergétique. De plus, 123 sociétés seulement pratiquent le RGE offre globale (organisation des entreprises entre elles pour répondre à un bouquet de travaux RGE chez le client).

Le RGE, lancé en 2014, a tout d’abord bénéficié d’une phase d’opportunité. Aujourd’hui, le cycle de vie du label rentre dans la phase de maturité. Une phase qui sera marquée par une diminution des entreprises labellisées. Ainsi, si en 2018, 3 800 nouveaux qualifiés ont intégré les rangs des entreprises certifiées, entre 15 000 et 17 000 audits seront réalisés en 2019 afin de réduire ce nombre.

Vous souhaitez obtenir le label RGE ?

Le label RGE comporte des avantages pour les installateurs, mais aussi pour leurs clients soucieux de minimiser leurs dépenses énergétiques. La certification permet de :

  • vous engager dans des actions concrètes au service de la performance énergétique ;
  • remplir vos carnets de commandes pour répondre aux besoins de travaux de rénovation énergétique ;
  • être en mesure d’intervenir sur des chantiers soumis à la qualification RGE ;
  • proposer à vos clients des subventions financières (éco-prêt à taux zéro, crédit d’impôt pour la transition énergétique).

En assurant une augmentation des commandes pour les installateurs tout en étant contrôlé avec rigueur, la label RGE bénéficie d’une véritable attractivité et légitimité. Si vous voulez connaître les différents bénéfices de ce label et les étapes nécessaires pour être certifié, téléchargez notre mini-guide !

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

WEBINAIRE

  • bloc-webinaire-multicouche.jpg

Un magazine proposé par

  • img_menu-v2-e1515663623388.png