Guide pratique Régulation et contrôle

Quelles données hydrauliques mesurer et pourquoi ?

Quelles données hydrauliques mesurer et pourquoi ?

L’exploitation des données hydrauliques des réseaux permet de dimensionner correctement les installations et de garantir un confort thermique optimal dans les bâtiments. C’est au bureau d’études que reviennent les missions d’analyser ces informations afin de conseiller ses clients dans le choix du meilleur dispositif de chauffe possible. Tour d’horizon des quelques mesures indispensables !

Quelles données hydrauliques mesurer et pourquoi ?L’évaluation des déperditions du bâtiment

Dans un premier temps, la valeur des déperditions des locaux à chauffer doit être calculée pièce par pièce. L’objectif de la future installation de chauffage sera de compenser ces déperditions pour maintenir la température au niveau de confort souhaité.

Pour effectuer ce calcul, on s’appuie sur :

  • la surface et la composition des parois du bâtiment concerné ;
  • les températures recommandées dans chacune des zones intérieures ;
  • les températures extérieures de bases de la région.

 

L’estimation de la puissance à installer

À l’issue du calcul, une puissance est obtenue. Elle correspond à la puissance utile nécessaire pour compenser les déperditions du bâtiment dans les conditions maximales. Pour estimer la puissance à installer, il est d’usage de rehausser la puissance obtenue à l’issue du calcul des déperditions de chaleur. Le pourcentage à appliquer dépend des matériaux utilisé pour la réalisation du bâtiment, mais est souvent inférieur à 10 %. Aller au-delà conduirait à surdimensionner inutilement l’installation.

Quelles données hydrauliques mesurer et pourquoi ?

La détermination des débits hydrauliques de l’installation

Les débits hydrauliques sont directement liés aux déperditions de chaleur et à la chute de température qui intervient dans les émetteurs de l’installation. Ils fixent le volume d’eau par unité de temps qui va circuler dans le réseau de chauffage. Au même titre que les autres phases de calcul, cette partie est primordiale, car elle conduit au dimensionnement des pompes, des canalisations et des organes de réglage et régulation.

L’équilibrage du réseau

L’équilibrage permet également de garantir le bon fonctionnement d’une installation. Il se vérifie à l’aide de mesureurs spécifiques et permet de compenser la répartition inégale des débits hydrauliques, due à l’architecture des bâtiments.

À lire sur la même thématique :

L’utilisation des données hydrauliques est donc primordiale pour éviter une mauvaise évaluation de la puissance de chauffe nécessaire au sein d’un bâtiment, ceci pouvant entraîner inconfort, surconsommation et donc surcoût pour le client.
L’eau est le vecteur qui permet le transfert d’énergie du générateur à l’émetteur. Toute erreur ou approximation sur cette partie souvent négligée aura inévitablement des conséquences sur le bon fonctionnement de l’installation.

Source de l’image à la Une : Fotolia (anyaberkut)