Raccordement

Neuf, rénovation : quels raccords choisir ?

Raccords neufs et renovations CoExpert

Bien choisir ses produits et ses matériaux est crucial pour assurer la mise en place d’installations les plus efficaces possibles. Ce conseil est d’autant plus valable pour les raccords, qui peuvent être à l’origine de nombreux dysfonctionnements et désagréments si votre choix est peu judicieux. Alors, comment bien choisir ses raccords ? On vous dit tout !

Sertissage : pour un raccordement des plus efficaces

Les tubes en matériaux de synthèse sont nés en même temps que les raccords à sertir. Mais, pourquoi recommander un tel type de raccordement ?

En premier lieu, ces raccords permettent de gagner du temps et de travailler dans des conditions sécurisées. Il s’agit en effet d’installations tout terrain qui ne génèrent pas de flammes : un facteur crucial dans les bâtiments en ossatures bois ou sur des chantiers nécessitant un permis feu toujours complexe à obtenir.

Les raccords multicouche, et notamment l’intégralité de la gamme MultiSkin de COMAP, peuvent disposer des caractéristiques suivantes :

  • d’une butée de mise en place ;
  • d’un dispositif Visu-Control® qui se détache après sertissage ;
  • d’une visualisation de l’insertion de l’extrémité du tube ;
  • d’une forme en ailes d’avion qui réduit les pertes de charge ;
  • d’un centrage et d’une bague blanche qui permettent d’éviter les contacts aluminium-laiton ;
  • d’un revêtement étamé ;
  • de renforts de matières sur les côtés ;
  • de bouchons de protection pour empêcher les impuretés d’entrer dans le raccord.

Précisons également qu’il existe deux gammes de raccords multicouche à sertir :

  • les raccords en laiton, qui sont les plus utilisés ;
  • les raccords en PPSU (résine de synthèse), dont la géométrie a été revue pour une résistance optimale.

Les tubes et raccords sont couverts par un environnement réglementaire strict. Notamment la NF 545 pour le système multicouche, qui est le meilleur niveau technologique en termes d’application. De plus, comme ils sont insensibles à la corrosion, leur usage est très courant dans la construction.

Selon le type de tube – PER ou multicouche – il faut utiliser le raccord adapté en matière de technologie et de profil de sertissage.

Choisir ses raccords : quels autres types à disposition ?

Raccord passerelle

En rénovation, il peut être intéressant de passer d’un matériau déjà en place à un autre, plus aisé à manipuler pour la suite de l’installation. Pour cela, COMAP a mis au point des raccords de transition. Ils sont utilisés, par exemple, pour passer d’un ancien réseau en cuivre déjà en place à un réseau multicouche ou PER, selon la technologie utilisée en aval. Certaines zones, qui doivent par nécessité ou praticité rester en cuivre, sont reprises avec des raccords passerelles sertis des deux côtés avec la même machine.

Raccord « push »

Une gamme de raccords sans outil, dite « push », a été mise sur le marché. Le raccord est instantané : il suffit de couper le tube, de préparer son emboîtement et de le clipser sur le tube. Cette gamme possède les mêmes critères de durabilité et de fiabilité que les raccords à sertir classiques, et respecte le même environnement réglementaire.

C’est le raccord des situations compliquées, comme un branchement sous un évier, dans un coin de mur, ou encore dans une gaine exigüe où il est difficile d’utiliser une machine à sertir. Véritable couteau suisse, ce raccord répond à toutes les situations et préserve les atouts de la technologie multicouche.

🔎 Panorama des technologies de raccordement du multicouche ? 🔍

À sertir, passerelle, « push »… dans le neuf comme la rénovation, plusieurs options sont disponibles pour bien choisir ses raccords. Néanmoins, cette décision dépend du type de tubes pour lequel vous aurez opté. Vous n’avez pas encore tranché ? Consultez notre article pour effectuer le meilleur choix !

Commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Bonjour !

    en rénovation la simplicité de mise en oeuvre par exemple du multicouche conduit souvent à quelques problèmes notamment lorsqu’il s’agit d’alimenter
    une baignoire balnéo ou un douche balnéo à l’autre bout de la maison

    il faut systématiquement passer à un diamètre nettement plus élevé
    qu’avec du cuivre soudé !

    en effet le diamètre intérieur du multicouche ou du PER est fortement réduit
    dans les coudes et les Tés !

    pour avoir le même « débit  » que du cuivre lorsqu’il y a 4 à 5 coudes et 3 à 4 tés
    il faut par exemple passer en DN 25 ext soit DN 20 intérieur pour remplacer du cuivre en 18 ou en 22 sinon le problème
    est programmé !