Guide pratique

Profiter de l’été pour résoudre les problèmes de réseau apparus pendant la période de chauffe

problemes-reseau-chauffage

Alors que l’été arrive et que le thermomètre grimpe, on a tendance à oublier le chauffage, remis à l’ordre du jour à partir de la rentrée. Pourtant, pour les installateurs, la période estivale est idéale pour proposer à leurs clients et prospects de réaliser l’entretien et la maintenance de leur installation. Zoom sur les petits travaux intéressants à suggérer pour gonfler son carnet de commandes.

radiateur

Un ou plusieurs radiateur(s) du réseau de mon client ne chauffe(nt) jamais

Plusieurs manipulations peuvent être réalisées par l’installateur afin de cerner l’origine du problème.

  • Il peut vérifier que le circuit n’est pas emboué. L’embouage d’un réseau de chauffage est dû à la présence d’oxygène dans l’eau de chauffage, qui produit des micro-organismes. Ceux-ci entraînent la corrosion par oxydation des parties métalliques, dont la chaudière, ou l’obstruction du réseau par l’accumulation de boues.
  • Il peut s’assurer que l’organe d’équilibrage est correctement réglé. L’équilibrage est la clé du confort de l’utilisateur car il permet au réseau de chauffage de fournir la bonne puissance de chauffe, afin de garantir une température homogène dans le bâtiment.
  • Il peut regarder si le robinet du chauffage fonctionne bien et que le système est bien purgé, sans air à l’intérieur.

Comment procéder ?

  • Bloquer les arrivées d’eau.
  • Déconnecter le radiateur.
  • Purger, nettoyer et rincer.
  • Tout rebrancher.
  • Remettre l’eau.
  • Dégazer.
  • Vérifier que tout fonctionne.

À lire sur la même thématique :
Éviter l’embouage des réseaux : quels matériaux choisir ?
Équilibrage d’un réseau, pourquoi c’est important ?
L’équilibrage en pratique : quelles solutions pour réduire sa consommation énergétique ?

Mon client est obligé de purger régulièrement son réseau à cause du bruit des radiateurs

Ce désagrément signifie que le réseau enregistre des entrées d’air anormales : celles-ci sont dues à des micro-fuites, souvent associées à des baisses de pression sur le réseau.

Comment procéder ?

  • Vérifier les connexions du réseau : corrosion à l’échelle des raccords ou un raccord qui suinte.
  • S’assurer qu’il n’y a pas de micro-fuites au niveau du radiateur, du collecteur ou de la chaudière.

water

Mon client doit régulièrement mettre de l’eau dans son réseau

Cette situation peut être synonyme d’une micro-fuite, comme dans l’exemple précédent.
D’autres problèmes peuvent également être identifiés suite à ce symptôme :

  • Une soupape de sécurité est défectueuse. Il faut alors s’assurer qu’elle ne laisse pas passer l’eau.

Comment procéder ?

    • Mettre la soupape de sécurité en position de purge.
    • Vérifier l’écoulement de l’eau.
    • Remettre la soupape en position de sécurité.
    • Vérifier qu’elle est bien étanche de l’extérieur.
  • Le vase d’expansion est « dégonflé ». À noter qu’il s’agit d’un produit fiable, qui fuit rarement. Cependant, il est très sollicité et il arrive d’oublier de le vérifier.

Comment procéder ?

    • Remettre le vase d’expansion sous pression en le « regonflant ».
    • Vérifier son état au bout d’une semaine.
    • S’il est dégonflé à nouveau, le changer.

Remarque : il peut arriver qu’un vase d’expansion soit sous-dimensionné. Il ne fera alors plus son office, non pas du fait d’un dysfonctionnement propre mais parce que son volume sera trop petit par rapport à l’installation. À noter que ce problème ne se présente pas pour les chaudières murales, qui ont un vase d’expansion intégré.

La chaudière de mon client s’arrête toute seule

En général, une chaudière ne s’arrête pas parce qu’elle est en panne mais parce qu’elle se met en sécurité.

Trois causes majeures doivent être recherchées par l’installateur :

  • Une alimentation électrique inappropriée : un circuit qui disjoncte dès qu’il est appelé ou sollicité trop longtemps par exemple.
  • Une instabilité au niveau de l’alimentation de gaz : soubresauts ou pertes de charge dans les canalisations d’alimentation de gaz. C’est souvent le cas lorsqu’une chaudière ancienne est remplacée par un système plus puissant.
  • Un manque d’eau lié à une micro-fuite ou à une perte d’eau au niveau de la soupape ou du ballon. Ce sont les sondes de sécurité à l’intérieur de la chaudière qui détectent les manques d’eau et qui permettent à la chaudière d’activer son mode sécurité.

Une autre cause, moins répandue, peut enfin être évoquée : la chaudière s’arrête parce que les fumées ne sont pas évacuées correctement. Il faut alors aller voir du côté du conduit de fumée, où les sondes détectent une augmentation de gaz nocif en espace confiné et arrêtent le brûleur.

Comment procéder ?

  • S’assurer que le conduit est propre.
  • Vérifier que le ventilateur de la cheminée fonctionne correctement.
  • Contrôler l’étanchéité du conduit.

Enfin, il peut parfois y avoir des désagréments au niveau de la régulation du système de chauffage. Dans ce cas, il est préférable de faire appel à un spécialiste de la chaudière, qui devra regarder la carte de la régulation.

chaudiere

Le circulateur du réseau de mon client fait du bruit

Plusieurs raisons peuvent être à l’origine de bruit dans le circulateur :

  • Il y a de l’air dans le réseau. En passant dans le circulateur, les bulles d’air génèrent des sons désagréables. Pour solutionner le problème, l’installateur doit réaliser une purge d’air.
  • Il y a un début de défaillance du circulateur. Le bruit peut être lié à un problème d’étanchéité ou à un souci sur un des paliers (plus rare).
  • Un circulateur ancienne génération, qui n’a pas tourné depuis longtemps, peut faire du bruit au moment du redémarrage. En effet, le joint peut coller sur l’axe et le moteur ne pas être suffisamment puissant le décoller. Les circulateurs nouvelle génération, à vitesse variable, sont régulièrement sollicités pour pallier ce type de désagrément.

Mon client rencontre des problèmes au niveau de son réseau d’eau sanitaire

Les désagréments de type sanitaire sont plus symptomatiques d’une installation qui est mal dimensionnée que d’une défaillance réelle. C’est plus souvent le cas dans les maisons anciennes, où l’installation sanitaire n’était pas étudiée avec le même soin qu’aujourd’hui.

À titre d’exemple, il est possible de se retrouver avec des canalisations d’un diamètre insuffisant par rapport aux débits à transporter. Le rajout d’une douche ou d’une baignoire à une installation qui, au départ, n’a pas été prévue pour, peut également générer des problèmes. Dans ce cas, les débits d’eau risquent d’être insuffisants pour alimenter correctement tout le réseau sanitaire.

Le phénomène de « douche écossaise » fait partie des problèmes relativement courants dans un réseau sanitaire. Pour y remédier, on peut envisager l’ajout d’un ballon de stockage à l’installation. L’eau chaude ainsi mise en réserve permettra de répondre aux besoins si la chaudière n’est pas suffisamment puissante pour fournir de l’eau chaude sanitaire en instantané.

Enfin, des problèmes peuvent apparaître au niveau du générateur, tels que l’entartrage d’un échangeur sanitaire.

Comment procéder ?

  • Vérifier le débit sortant de la chaudière.
  • Si nécessaire, démonter l’échangeur et le détartrer.

Attention aux produits utilisés pour le détartrage. Le tartre a tendance à boucher les fuites, qui peuvent donc se révéler ultérieurement, une fois le produit détartrant passé dans la canalisation !

À lire sur la même thématique :
Installateur, un métier en pleine mutation
Subventions pour des travaux d’économie d’énergie :
à quoi mes clients ont-ils droit ?

Un ensemble de petits désagréments qui nuisent au confort de l’usager peuvent donc être gérés par l’installateur pendant la période estivale. Une façon pour le professionnel de mettre sa casquette de conseiller, de fidéliser sa clientèle en lui permettant d’accroître l’efficacité énergétique de son installation tout en faisant des économies d’argent.

Découvrez les autres articles de notre dossier spécial rénovations estivales
Comment aider vos clients à améliorer les performances de leur installation ?
Le guide pour rénover un réseau

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *