Règlementation

Que prévoit la mise à jour de la réglementation thermique des bâtiments existants ?

reglementation thermique batiments existants

La réglementation thermique 2012 (RT 2012) encadre toutes les constructions neuves, mais qu’en est-il des bâtiments déjà construits ? Un nouvel arrêté vient de paraître qui révise la réglementation thermique dans l’existant, élément par élément, pour les travaux de rénovation dans les bâtiments de moins de 1 000 m2. Voici les changements qu’il implique pour les professionnels du secteur.réglementation thermique des bâtiments

La réglementation thermique existant “élément par élément”, kézako ?

La réglementation thermique des bâtiments existants, ou RT existant, a été mise en place en 2007 et est applicable aux bâtiments résidentiels et tertiaires. Deux types de réglementation existent :

  • La RT globale pour les bâtiments de plus de 1 000 m2, dans le cadre d’une rénovation lourde.
  • La RT élément par élément pour les bâtiments de moins de 1 000 m2 et qui s’applique lorsqu’on remplace un élément dans un bâtiment, tel qu’un équipement de chauffage, de production d’eau sanitaire ou de refroidissement.

Cette deuxième réglementation concerne les éléments qui contribuent fortement à la performance énergétique d’un bâtiment, tels que l’isolation, le chauffage, l’eau chaude sanitaire, le refroidissement ou la ventilation. Elle a été modifiée en 2017, dans le but d’améliorer significativement la performance énergétique de bâtiments trop consommateurs en énergie.

⁘ Retrouvez notre dossier sur l'efficacité énergétique ⁘

Que prévoit la nouvelle réglementation thermique ?

La révision de la RT existant « élément par élément » a été officialisée par un arrêté publié le 25 mars dernier dans le Journal officiel et s’appliquera à partir du 1er janvier 2018.

Dans le cadre de la loi de transition énergétique et afin de répondre aux exigences européennes, cet arrêté a pour objectif de dynamiser les orientations stratégiques prises en faveur de l’établissement d’un parc de bâtiments répondant aux critères « bâtiment basse consommation » d’ici 2050.

Parmi les changements prévus dans le cadre de cette nouvelle réglementation thermique, certains concernent tout particulièrement les professionnels du génie climatique :

  • Une hausse des seuils de performance énergétique des éléments installés lors de travaux de rénovation. Les chaudières à basse température ou à condensation seront rendues obligatoires en maison individuelle, du fait des rendements imposés. Les installateurs pourront mettre en place une chaudière non étanche à coupe-tirage de type B1 uniquement en logement collectif, sur un conduit commun à plusieurs logements existants, ou sur un conduit individuel de plus de 10 mètres. En revanche, les seuils de performance n’ont pas été relevés pour les équipements de production d’eau chaude sanitaire ou thermodynamiques servant au chauffage.
  • Un renforcement des exigences en matière d’isolation des réseaux. En cas d’installation ou de remplacement d’une installation de chauffage ou d’eau chaude sanitaire, il sera désormais obligatoire d’isoler les canalisations d’eau chaude situées en dehors des zones chauffées. Les canalisations à l’intérieur des logements ne sont pas concernées.
  • Des nouvelles obligations en termes d’équilibrage des réseaux. En effet, lors du remplacement d’un réseau de chauffage, il faudra installer un organe d’équilibrage en pied de chaque colonne. Il faudra également réaliser un rapport d’équilibrage avec :
    • un schéma hydraulique précisant l’emplacement de chaque vanne ;
    • une grille d’équilibrage avec des informations sur chaque vanne – marque, référence, caractéristiques hydrauliques, diamètre ;
    • le débit théorique visé ;
    • le débit final mesuré.

En amont, une étude thermique sera donc nécessaire, afin de déterminer les débits à régler dans les circuits.

⁘ Retrouvez tous nos décryptages réglementaires ⁘

L’actualisation de la RT des bâtiments existants impacte donc directement le quotidien de l’installateur, qui doit être à même de s’informer précisément sur les évolutions de la loi, adapter son matériel aux exigences et faire preuve de pédagogie auprès de ses clients pour leur démontrer l’intérêt des équipements proposés. Des qualités indispensables qui rappellent que la profession d’installateur chauffagiste, est en pleine mutation !

Pictogramme : The Noun Project / Symbolon
Crédit photo : Fotolia / Andrey Popov

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *