Innovation

[Interview] Lionel GOCEL – 90Tech « Le digital, c’est un outil de travail plein de promesses ! »

interview lionel gocel solitech

Cofondateur de 90Tech, Lionel Gocel observe avec attention les dernières évolutions numériques destinées aux professionnels du bâtiment. Il est convaincu qu’elles peuvent beaucoup apporter aux installateurs, et a donc créé, avec ses associés, une application de remontée d’informations, Solitech. Il nous la présente !

Lionel GOCEL, vous avez créé, il y a 2 ans et demi, 90Tech, une startup qui a pour vocation de concevoir des solutions pour préparer la transition numérique des entreprises. Vous aviez déjà une entreprise, qu’est-ce qui vous a décidé à vous lancer dans cette nouvelle aventure ?
En tant qu’entrepreneur, je trouvais qu’il me manquait un outil de maîtrise des remontées d’information, d’échange, de vérification. J’avais la sensation de ne pas être aussi efficace que je pourrais l’être. Le process de facturation n’était pas optimisé : les données reçues des chantiers étant assez imprécises, je ne pouvais être sûr de facturer les prestations telles qu’elles avaient été réellement effectuées. J’ai rencontré par la suite mes futurs associés, et ça a été le déclic. Nous avons mis en place un cahier des charges, puis conçu notre outil de communication, qui avait vocation à devenir un outil de travail à disposition des artisans, comme les plombiers-chauffagistes. Aujourd’hui, nous sommes plus d’une quinzaine chez 90Tech !

solitech

La digitalisation touche de nombreux secteurs. Le BTP vous semble-t-il concerné par cette tendance de fond ? Ressentez-vous une attente de la part des professionnels du secteur plomberie/chauffage, par exemple ?
Une attente, peut-être pas vis-à-vis du numérique. Mais les artisans sont, comme moi, demandeurs de solutions pour leur faciliter la vie au quotidien, et notamment le process de facturation. Les ouvriers également. Que cela passe par une application smartphone ou par un autre moyen !

Vous évoquez les applications smartphones. Pouvez-vous nous présenter Solitech ?
Solitech est un logiciel de gestion des interventions, destiné aux artisans. Il se présente sous la forme d’une interface web, en lien avec les smartphones des ouvriers. Solitech permet d’automatiser la remontée des informations entre les chantiers et les bureaux, et donc de rendre toute l’entreprise plus efficace.

Concrètement, que peut-elle apporter aux entreprises qui l’utilisent sur les chantiers ?
Les fonctionnalités sont nombreuses, et adaptables aux besoins de chaque entreprise. Il est par exemple possible pour l’ouvrier de faire remonter des photos du chantier, une signature client, des commentaires sur une tâche effectuée, un schéma… Le responsable peut, de son côté, mettre en place des étapes à valider obligatoirement pour compléter une mission. Ça peut être, notamment, la consultation d’un diagnostic amiante, une case à cocher indiquant que l’on porte bien ses EPI… Bref, tout ce qui permet de facturer plus vite et avec plus de précisions, et de s’assurer que les ouvriers travaillent dans les meilleures conditions de sécurité. C’est un lien direct entre les chantiers et les bureaux, et tout le monde y trouve son compte.

application-mobile

Comme d’autres secteurs, le bâtiment a subi la crise. Si les chiffres des derniers mois sont encourageants, pensez-vous que la transition digitale du secteur peut également être un levier pour consolider la reprise ?
Si elle permet de mieux facturer, avec plus de précision, et plus rapidement, alors oui, la transition digitale est une réponse aux difficultés. Elle permet aussi de passer au « 0 papier » et de peaufiner son activité, l’organisation de son entreprise, les rôles attribués à chacun. Bref, elle offre un gain d’efficacité bienvenu en temps de difficultés économiques.

Quels conseils donneriez-vous à une entreprise de plomberie-chauffage qui hésite à sauter le pas de la digitalisation ?
Je lui dirais presque qu’elle n’a pas vraiment le choix. Il faut s’y mettre, sous peine de ne plus être là dans 10 ans. Les grandes entreprises sont hyper digitalisées, les artisans doivent suivre le mouvement. Ce qui permettra au passage de mutualiser nos forces ! Mais si je devais donner un conseil, c’est de voir le digital comme un outil de travail plein de promesses. C’est comme ça que ça marchera. D’autant que ce n’est pas forcément cher, et qu’on peut y aller doucement, à son rythme et selon ses besoins, sans tout chambouler !

– Merci Lionel GOCEL !

Poster un commentaire

Cliquez ici pour publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *