Efficacité énergétique

Comprendre le label Énergie positive et réduction carbone (E+C-)

énergie positive et réduction carbone

La Réglementation Thermique 2020 se prépare dès aujourd’hui, via l’expérimentation Énergie positive et réduction carbone (E+C-). La nouvelle RT concernera tous les bâtiments neufs et prendra en compte non seulement la performance énergétique mais aussi l’empreinte carbone des bâtiments, tout au long de leur cycle de vie. Les premiers bâtiments labellisés E+C- sortent de terre et permettront de tester la future réglementation par des cas concrets.

L’expérimentation E+C- : vers une nouvelle RT des bâtiments

Le secteur du bâtiment représente près de 45 % de la consommation énergétique française et plus de 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Ces chiffres témoignent de la nécessité de mettre en place des politiques gouvernementales ambitieuses pour réduire les consommations d’énergie et l’empreinte environnementale des bâtiments.

L’Accord de Paris, signé à l’occasion de la COP 21, a accru la prise de conscience à ce sujet. Ainsi, dans le cadre de la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte, l’ancienne ministre du Logement et de l’Habitat durable, Emmanuelle Cosse a lancé en novembre 2016 l’expérimentation Energie positive et réduction carbone via le label Énergie et Carbone.

Cette expérimentation représente la phase préparatoire de la nouvelle réglementation énergétique et environnementale pour la construction des bâtiments neufs, qui entrera en vigueur en 2020 et viendra remplacer la réglementation thermique actuelle (RT 2012).

L’objectif est d’aller encore plus loin dans la performance que la RT 2012, avec deux grands axes pour l’horizon 2020 :

  • la généralisation des bâtiments à énergie positive ;
  • le déploiement des bâtiments à faible empreinte environnementale.

≏ Le b.a.-ba de l’efficacité énergétique dans le bâtiment ≏

Ce qu’il faut savoir de l’expérimentation E+C-

Il s’agit d’une démarche encore jamais vue, qui mobilise les acteurs de la construction autour de plusieurs enjeux :

  • le test grandeur nature d’une nouvelle réglementation thermique ;
  • l’innovation en termes de conception des bâtiments ;
  • les retours d’expérience sur la faisabilité du référentiel qui préfigure la future réglementation thermique.

L’expérimentation E+C- est basée sur le volontariat. C’est-à-dire que les maîtres d’ouvrage qui souhaitent construire des bâtiments en suivant le « référentiel Énergie et Carbone » (méthode d’évaluation de la performance énergétique et environnementale des bâtiments neufs) peuvent y participer.

Ainsi, ils testeront la faisabilité technique et économique des solutions proposées par la méthodologie de l’expérimentation E+C-, en respectant des critères donnés.

≏ [Infographie] Un bâtiment efficace énergétiquement, à quoi ça ressemble ? ≏

Quid du label Énergie positive et réduction carbone ?

Le label E+C- atteste d’un niveau de performance énergétique et environnementale. Il repose sur une méthode de calcul et sur des indicateurs pour évaluer ces performances selon les critères « Bilan Bepos » et « Carbone ».

Le label est établi sur un référentiel de 4 niveaux de performance énergétique, allant jusqu’au bâtiment à énergie positive (Bepos). À la différence de la RT 2012, qui se focalise sur cinq usages uniquement (chauffage, production d’eau chaude sanitaire, refroidissement, éclairage, auxiliaires), le label E+C- prend en compte l’ensemble des usages d’un bâtiment pour le calcul des consommations énergétiques, comme par exemple la consommation des ascenseurs ou des parties communes. En parallèle, deux niveaux de performance ont été établis pour l’empreinte carbone d’un bâtiment, calculée sur tout son cycle de vie et prenant comme base une durée de vie moyenne de 50 ans. L’objectif à terme est de généraliser la construction de bâtiments à énergie positive, ayant une empreinte carbone la plus limitée possible.

Les maîtres d’ouvrage souhaitant participer à ce test grandeur nature ont la possibilité de vérifier eux-mêmes s’ils ont réussi à atteindre ces niveaux ou de confier cette évaluation à des certificateurs. Le site Internet www.batiment-energiecarbone.fr accompagne les volontaires. Il tient lieu d’observatoire technique afin d’analyser les retours d’expérience de l’expérimentation énergie positive et réduction carbone.

Après avoir fait évaluer leur construction, les maîtres d’ouvrages sont invités à déposer toutes ces données techniques, économiques, énergétiques et environnementales ainsi que les évaluations. Une base de données des performances environnementales des bâtiments (BPEB) récolte ensuite l’ensemble de ces informations. L’État et le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE), qui co-pilotent l’expérimentation énergie positive et réduction carbone, les récupèrent ensuite dans le but de préparer la future réglementation.

≏ Sur la même thématique : Effinergie présente trois nouveaux labels
en faveur de l’efficacité énergétique
 ≏

La loi sur la transition énergétique, dans laquelle s’inscrit ce label Énergie Carbone, vise une diminution de 87 % des émissions de gaz à effet de serre dans le bâtiment d’ici 2050. Les plombiers-chauffagistes auront toujours plus affaire à l’énergie positive dans les décennies à venir !

Source de l’image à la Une : Pixabay (werner22brigitte)