Efficacité énergétique

Comment faire des économies d’énergie sans impacter son confort ?

Comment faire des économies d’énergie sans impacter son confort ?

Les économies d’énergie sont de plus en plus au cœur des préoccupations des ménages, mais également des entreprises. Une question revient sans cesse : comment réduire concrètement les consommations d’énergie, sans pour autant impacter le confort des occupants ? Pourtant, des solutions qui permettent de concilier ces deux concepts existent.

Comprendre la législation pour mieux l’appliquer

La législation pousse depuis plusieurs années à réduire la consommation d’énergie des bâtiments, qui représentent aujourd’hui encore plus de 40 % de l’énergie utilisée en France. Elle précise néanmoins que cette réduction ne doit pas impacter le confort que l’occupant d’un bâtiment est en droit d’attendre, notamment en ce qui concerne les aspects de température ambiante. C’est un point qui peut soulever des questions : comment baisser son chauffage, par exemple, sans perdre en confort ? Par ailleurs, la perception du confort est une composante personnelle, variant en fonction des individus.

L’accent est mis aujourd’hui sur la sensibilisation des utilisateurs, pour leur faire prendre conscience de l’impact de leurs comportements sur leur facture d’énergie. C’est le sens de la nouvelle obligation d’individualiser les frais de chauffage dans l’ensemble des logements collectifs, par exemple. Mais il faut également aider les utilisateurs à mettre en place des actions concrètes pour réduire leur consommation, tout en respectant leur niveau de confort. L’enjeu est de taille : l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) estime qu’un écart de chauffage d’1°C supplémentaire entraîne une augmentation de la consommation de chauffage de 7 % en moyenne.

À lire sur la même thématique : Vers l’individualisation des frais de chauffage

Il existe aujourd’hui différentes solutions pour agir sur la consommation énergétique d’un logement, pour un investissement de départ plus ou moins important.

Rénover son logement pour réduire la consommation énergétique

Quand on pense économies d’énergie, on pense souvent à des travaux de rénovation lourds tels que le renouvellement de l’isolation ou le remplacement des fenêtres à simple vitrage. Cela permet de réduire les déperditions d’énergie du logement et de limiter ainsi ses besoins de chauffage. On peut également être amené à installer une nouvelle chaudière à condensation, dont les rendements sont bien supérieurs à ceux des modèles plus anciens, ou des émetteurs basse température, moins gourmands en énergie. De tels travaux ne sont néanmoins pas à la portée de tous : coûteux, ils offrent un retour sur investissement qui se compte souvent en années.

Trouver le bon équilibre entre économies d’énergie et confort

Pour faire baisser sa facture d’énergie, il n’est pas forcément nécessaire d’engager des travaux aussi importants : il est possible de trouver des sources d’économies en analysant ses besoins réels en chauffage. Il faut assurer le confort des occupants d’un logement, certes, mais cela ne nécessite pas pour autant de chauffer chaque pièce à la même température. Alors que l’ADEME préconise une température de 22° C pour une salle de bains, par exemple, la température recommandée pour les pièces à vivre est plus proche des 18° C et pour les chambres, 16° C. Pour des pièces inoccupées, on recommande une température entre 12 et 14° C. L’installation de robinets thermostatiques permet de faire varier la consigne de température pièce par pièce et de maintenir la température de chaque pièce au niveau requis, tenant compte des éventuels apports gratuits de chaleur (pour une pièce ensoleillée par exemple). On estime que remplacer des robinets manuels par des robinets thermostatiques permet une baisse de la consommation énergétique allant jusqu’à 20 %.

À lire sur la même thématique : Kickstarter : 3 projets qui pourraient révolutionner le bâtiment de demain

D’autres solutions permettent de gérer son chauffage en fonction du moment de la journée ou de la semaine. Grâce à l’installation d’un thermostat programmable, par exemple, on peut éviter de chauffer son logement dans la journée, quand il est inoccupé, faisant redémarrer son chauffage uniquement le soir, quand on rentre à la maison. Plus récemment, des solutions connectées ont été développées pour piloter son thermostat à distance, depuis son smartphone. Pour une gestion encore plus fine du chauffage, certains fabricants proposent aussi des têtes connectées, pouvant être installées sur chaque radiateur et permettant de faire varier la température de chaque pièce en temps réel, en fonction des besoins.

À lire sur la même thématique : Objets connectés et chauffage : état des lieux

Quel rôle peut jouer l’installateur ?

L’installateur a un rôle important à jouer auprès de ses clients pour les aider à mieux appréhender les problématiques d’efficacité énergétique. Il peut profiter de la visite annuelle d’entretien de la chaudière, par exemple, pour identifier des axes d’amélioration de la performance énergétique et sensibiliser ses clients sur les coûts et bénéfices attendus. Différentes solutions existent aujourd’hui qui permettent de réduire sa consommation d’énergie à moindre coût, tout en gardant un bon niveau de confort. L’installateur peut conseiller ses clients sur les solutions les mieux adaptées à leur logement – et à leur portefeuille.

À lire sur la même thématique : Le b.a.-ba de l’efficacité énergétique

La législation pousse depuis quelques années à la réduction de la consommation énergétique, mais il ne faut pas pour autant négliger la notion de confort. De nombreuses solutions – plus ou moins coûteuses – permettent de réduire sa facture d’énergie tout en gardant un bon niveau de confort. L’installateur a un rôle de conseil à jouer auprès de ses clients pour leur proposer le dispositif le plus adapté à leur situation.

Source de l’image à la Une : Flickr (Stig Morten Waage)